Persaudaraan Setia Hati

Présentation du Persaudaraan Setia Hati

Le Persaudaraan Setia Hati (Setia Hati ou SH que l’on prononce S-A) a été créé par Ki Ngabehi Soerodiwirjo (Eyang Suro) en 1903. D’une simple association de personnes centrée autours d’Eyang Suro, le SH est devenu une organisation structurée, sous l’impulsion de Bp Moenandar l’un de ses 2 plus importants élèves.

Le Setia Hati est une organisation structurée qui se caractérise par l’absence de maître ou de guru. Le SH est considéré comme une famille dans laquelle tous les membres s’entraident chacun à leur niveau.

Les techniques du Pencak Silat Setia Hati résultent de la combinaison faite par Eyang Suro, de la quintessence des différents styles qu’il a pu apprendre au cours de sa vie. Ces techniques ont été codifiées en jurus, qui sont la base du Pencak Silat Setia Hati.

Le Persaudaraan Setia Hati, dont le Bureau central est situé à Jakarta (Java, Indonésie), est considéré comme l’un des 10 styles ou organisations historiques, à l’initiative de la création de la première fédération nationale de Pencak Silat : l’Ikatan Pencak Silat Indonesia (IPSI) fondée en 1948. L’Association France Persaudaraan Setia Hati qui représente le SH en France , participe activement au développement du Pencak Silat par le biais de ses clubs, et de son action au sein de l’Association France Pencak Silat.


Presentation of Persaudaraan Setia Hati


Les grandes dates du Persaudaraan Setia Hati

1903 – Gringsing Surabaya (Java)

Création du PERSAUDARAAN SEDULUR TUNGGAL KECER (STK) et du Pencak Silat JOYO GENDILO CIPTO MULYO, par Ki Ngabei Soerodiwirjo (Eyang Suro). Le STK se compose, à l’époque de 8 saudara dont Noto alias Goenari (frêre d’Eyang Suro) et Knevel (un Indo-Hollandais)

Eyang Suro
Eyang Suro

Lexique
JOYO GENDILO CIPTO MULYO : Vaincre les limitations humaines par des pensées nobles
Saudara : frère

1917 – Winongo Madiun (Java)

Eyang Suro change le nom Persaudaraan STK en PERSAUDARAAN SETIA HATI (SH) et le Pencak Silat Joyo Gendilo Cipto Mulyo devient Pencak Silat SETIA HATI. A cette époque le Persaudaraan Setia Hati était une association de personnes, et non une organisation structurée.

Logo dans la maison d’Eyang Suro

22 Mai 1932 – Semarang (Java)

Création du PERSAUDARAAN SETIA HATI ORGANISASI (SHO)
Avec la permission d’Eyang Suro, Bp Moenandar Hardjowijoto (un de ses plus ancien élève) décide de fonder une organisation qui a pour but de réunir les différents membres du PSH et de structurer le PSH.

Ont participé à cette réunion, entre autres : Bp Moenandar Hardjowijoto, Bp Sayitu Melok, Bp Soewignjo, Bp Soekandar, Bp Soemitro, Bp Hartadi, Bp Hasan Djojo Adi Soewarno, Bp Soedarso Wirokoesomo…
Parce qu’il était le plus âgé, troisième niveau et avait l’autorisation de Pengkecer (Eyang Suro), Bp Moenandar fut élu président.

Bp Moenandar Hardjowijoto (Pak Moen)

Lexique
Bapak, Bp ou Pak : Père. Terme employé pour marquer le respect

1936 – Semarang (Java)

Premier congrès du SHO. Tous les participants se sont accordés sur l’exactitude des 36 Jurus.

Congrès SHO

1972 – Yogyakarta

Retour à la source. Parce que le SHO était devenu organisé, il était inutile de gardé le mot Organisasi. Il a donc été décidé de revenir au nom originel : PERSAUDARAAN SETIA HATI

Logo du Persaudaraan Setia Hati

Les différents présidents du Persaudaraan Setia Hati

  • De 1932 à 1978 : Bp Moenandar Hardjowijoto
  • De 1978 à 1985 : Bp Gondhokoesoemo
  • De 1985 à 2000 : Bp Mashadi Sastrohadipranoto
  • De 2000 à 2005 : Bp Harsoyo
  • De 2005 à 2010 : Bp Gambiro
  • De 2010 à 2015 : Bp Trinowo


Eric Chatelier Seminar in Italy

Qui es tu Persaudaraan Setia Hati ?

Persaudaraan Setia Hati

Nous sommes tous frères et sœurs dans l’apprentissage d’un cœur loyal et noble.

Logo du SH

Les deux lettres entrelacées sont S et H, abréviation de Setia Hati.
Le cœur fait référence à la fois à l’organe, qui nous permet de vivre et à l’attitude : avoir du cœur, qui nous permet bien souvent de vivre en paix.
L étoile à douze branches qui comprend chacune 5 traits, est pour se souvenir que chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde, chaque battement de cœur on doit essayer d’avoir un cœur loyal et noble.
Le vieux calendrier Javanais est composé des 7 jours du calendrier (lundi, mardi…) et de 5 adjectifs (Pon, Legi, Wage, Kliwon, Pahing) . Les 7 jours plus les 5 adjectifs sont représentés par les 12 branches.

Keceran

Le Keceran est une fête où l’étudiant en SH (Pemuda) fait les vœux :

  • de toujours essayer d’avoir un cœur loyal et noble,
  • de créer autant que possible l’harmonie autour de lui,
  • de respecter les femmes comme si elles pouvaient être notre mère,
  • de rester le plus possible humble et d’éloigner l’arrogance
  • et enfin de ne jamais enseigner le Pencak Setia Hati à des fins violentes ou pour satisfaire son égo.

Il s’agit d’une cérémonie symbolique qui se passe généralement en Indonésie.

Bp Mashadi Sastrohadipranoto lors d’un Keceran à Jakarta

Pemuda

C’est le nom donné à un étudiant en Pencak SH, qui n’a pas encore fait le Keceran. Pemuda en Indonésien veut dire jeune.

Kadhang

C’est le nom donné à un Pemuda qui a fait le Keceran.
Kadhang en Javanais veut dire membre (Kadhang SH, membre du SH).

Sesepuh

C’est le nom donné à un Kadhang qui a acquis de l’expérience et de la maîtrise dans le SH. Le SH est comme une famille, puisque nous sommes frères et sœurs : il n’y a pas de maître ou de guru. Chaque personne apprend à son niveau et aide ou se fait aider par les autres.
Sesepuh veut dire ancien en Javanais.

Sesepuh de la région de Solo (Java Est)


La vie de Ki Ngabehi Soerodiwirjo (Eyang Suro), fondateur du Persaudaraan Setia Hati

KI NGABEHI SOERODIWIRJO est né en l’année 1869 dans le village de Gresik dans la province de JAVA EST (Jawa timur), selon le calendrier Indonésien un Sabtu Pahing. Il décède le 10 novembre 1944 à Winongo un Jumat Legi, au mois de Suro 1875h, à 14H00, à la suite d’une maladie.
Son père  » KI NGABEHI SOEROMIHARDJO « était un noble, le BUPAT (régent) de la ville de Gresik, province de Java Est. Il fut pendant un certain temps mantri cacar ngimbang -infirmier et vaccinateur contre la variole- dans la ville de Lamongan, Java Est.
Il avait 5 fils : KI NGABEHI SOERODIWIRJO (Eyang Suro), NOTO (alias GOENARI), ADI SOERADI, WONGOHARDJO et KANTODIWIRDJO.
Le prénom de KI NGABEHI SOERODIWIRJO dans sa jeunesse était MASDAN, il était l’aîné. Son père avait deux frères, un nommé KI NGABEHI SOEROMIPRODJO qui était wedomo (chef de district) dans le village de XONOKROMO prés de SURABAYA. L’autre frère, R.A.A KOESOMODINOTO, était bupati dans le village de KEDIRI (Java Est). KI NGABEHI SOERODIWIRJO était donc un noble, un de ses ancêtres était BATORO KATONG (souverain) à PONOGORO, il descendait directement de PRABU BRAWIJAYA MAJAPAHIT.
A l’âge de 14 ans, après cinq ans de cycle élémentaire, Eyang Suro a quitté l’école pour aller vivre chez son oncle MAS NGABEHI SOEROMIPRODJO. Dans la même année, il a déménagé avec son oncle vers le village de SEDAYU LAWAS à SURABAYA, parce que son oncle était engagé comme chef de district.
A l’âge de 15 ans, Eyang Suro était stagiaire comptable à l’office du contrôleur de JOMBANG. Pendant la durée de ses études il pratique le Pencak Silat (De Java Est) comme divertissement au Pondok Tebu Ireng.
L’année suivante, lorsqu’il atteint 16 ans, il est devenu employé de bureau dans les locaux du contrôleur de BANDUNG. Là, il a appris des formes de Pencak Silat (De Java Ouest) avec divers Pendekars du PRIANGAN, de telle sorte qu’il a assimilé les connaissances des styles de CIMANDE, CIKALONG, CIPETIR, CIBEDUYUT, CIMALAYA, CIAMPEA ET SUMEDANGAN.
Ce n’était pas encore les noms des styles mais les noms de villages où habitaient les pendekars.
A l’âge de 17 ans, Eyang Suro a déménagé vers BETAWI (Jakarta) où il a pris connaissance des systèmes BETAWEN, KWITANG, MONYETAN et à se battre avec un bâton.
A l’âge de 18 ans, il a suivi le contrôleur Hollandais vers BENGKULU où il a appris les mouvements du Pencak Silat de Java Ouest. Au milieu de l’année 1887, il a déménagé avec le contrôleur vers PADANG (Sumatra) où il a travaillé pendant une longue période comme employé de bureau sous les directives du contrôleur. Dans la région de PADANG HULU et PADANG HILIR, il se perfectionna dans le Pencak Silat de cet endroit PADANG PARIAMAN,.PADANG PANJANG, PADANG DISEMPUAN, SOLOK, SINGKARAK, KUDA BATAK. Ce style se distingue d’ailleurs beaucoup des styles de Pencak Silat de Java Ouest, Est et Centre. A Padang, on pratique le Pencak Silat plutôt comme un divertissement populaire et culturel que comme un vrai art de combat.
A Padang, il est allé en apprentissage chez DATUK RAJA BATUA -un pendekar et professeur en théorie spirituelle-. Il habitait dans le KAMPONG AMPANG ALAI. Lui même a travaillé au siège du district de Pahu à Padang. Ce professeur DATUK RAJA BATUA est considéré comme son premier professeur à Sumatra Ouest.
DATUK RAJA BATUA avait un frère plus vieux qui était appelé DATUL PENGHULU. Ils ont été à l’époque des professeurs de Pencak Silat très connus et respectés.
A l’âge de 28 ans « , KI NGABEHI SOERODIWIRJO est tombé amoureux d’une fille de Padang. Elle était fille de musulmans très croyants. Pour pouvoir la marier, il devait répondre à une question :QUI SUIS-JE VRAIMENT (Eyang Suro) ?

Parce qu’il ne pouvait pas répondre aux questions de ses propres méditations, il est allé en apprentissage chez un professeur KEBATINAN, nommé NYOMAN IDE GEMPOL qui était un chef d’armée redouté, banni vers Sumatra par le gouverneur Néerlandais.
NYOMAN IDE GEMPOL était connu sous le nom de RAJA KENANGA MANGGA TENGHA (le manguier royal = un signe de force).
Dans la même année, il était déjà depuis 10 ans l’élève de son pendekar Datuk Raja Batua et il avait enrichi sa connaissance avec divers formes de jurus de la région de Padang, comme le jurus BUNGUS (du port de TELUK BAYUR), FORT DE KOCK (Bukittinggi), ALANG LAWAS, ALANG SIPAI, LINTAU et STERLAK.
Comme signe de reconnaissance pour ses progrès, il a reçu le costume complètement noir comme cadeau d’honneur de son professeur. Ensuite il a lié ce qu’il avait appris de NYOMAN IDE GEMPOL avec le Pencak Silat qu’il avait appris de BATUK RAJA BATUA et de cette union est née la base du PERSAUDARAAN SETIA HATI.
Finalement il pouvait, avec ses connaissances accumulées, répondre à la question. Ainsi il se sont mariés.

A l’âge de 29 ans, il est allé avec sa femme vers ACEH (Sumatra) où il a rencontré son frère (SOERADI) qui travaillait comme contrôleur D.K.A (chemin de fer de l’état) à LHO SEUMAWE. Là il a appris le jurus KUNCINGAN ET PERMAINAN BINJA. Dans la même année, son professeur RAJA KENANGA MANGGA (NYOMAN IDE GEMPOL) a reçu la permission de retourner à BALI. Sa connaissance est honorée par les frères de Setia Hati avec la devise : le mouvement d’extérieur se fond avec le mouvement d’intérieur (le mouvement du corps se fond avec le mouvement de l’âme, autrement dit : le mouvement du corps résulte de la pensée de l’âme).

LE MOUVEMENT DU CORPS EST LE REFLET DE L’AME

En 1900, le couple SOERODIWIRJO est retourné vers BETAWI où Eyang Suro commença à travailler comme machiniste sur bateau à vapeur.
Là il a divorcé, sa femme est retournée à Padang et il est retourné à Bandung. En 1902 il est retourné vers Surabaya où il a travaillé pour la police. Il a été promu sergent-major.

Pendant cette période il était très connu comme combattant contre le mal. Il est placé à UJUNG (région du port de Surabaya) où il y avait très souvent des rixes avec des marins étrangers.
L’année suivante (1903) il a créé la corporation portant le nom  » SEDULUR TUNGGAL KECER  » ‘ Saudara Satu Kecer).
Cela s’est passé un jumat legi, le dixième jour du mois de suro dans l’année 1827H dans la ville de Gringsing. Il sont huit à suivre les enseignements d’Eyang Suro, parmi eux 1 Indo-Hollandais Knevel.
En 1905 il s’est remarié avec une fille de 17 ans, IBU SARIJATI. De ce mariage il a eu trois fils et deux filles, tous ses enfants sont hélas décédés très jeunes.
En 1912 il a quitté la police, pendant le début du combat d’indépendance des indonésiens. Il a déménagé vers TEGAL pour aller vivre chez l’oncle de son frère décédé, APU SURYAWINATA, et travailler comme surveillant d’irrigation.
En 1914 il est retourné à Surabaya travaillé pour le D.K.A. De Surabaya il est allé à MADIUN pour travailler dans le dépôt du D.K.A où il s’est installé dans le village de WINONGO.
En 1917 le nom « DJODJOGENDOLO CIPTO MULJO » a été remplacé par :

PERSAUDARAAN SETIA HATI

DJODJO : victoire, pouvoir surhumain
GENDOLO : obstacle, limitation
CIPTO : pensée, idée, créer (à partir de la pensée)
MULJO : noble

VAINCRE TES LIMITATIONS HUMAINES PAR DES PENSEES NOBLES

En 1933,à l’âge de 64 ans, il a pris sa retraite et il demeura à Winongo.
En 1944 il a contracté une pneumonie et est décédé le JUMAT LEGI 10 NOVEMBRE 1944 A 14H00 dans sa maison.
Pour l’ère Javanaise c’était le 24 du mois SURO de l’année 1875 H.
Il est enterré au cimetière de Winongo. Sa tombe est surmontée d’une pierre tumulaire en granite entourée de fleurs melati.


Avant de décéder, KI NGABEHI SOERODIWIRJO avait écrit ses souhaits concernant sa future mort :

« Au moment où je pars vers le Tout Puissant, j’espère qu’il unira les frères de SETIA HATI dans leurs cœurs et dans leurs affaires »
« Je disparais de ce monde et j’espère que mes frères de SETIA HATI me pardonneront sincèrement. »



Eric Chatelier Seminar in Italy 2008 Part 2



Sambung Persaudaraan



Eric Chatelier Seminar in Italy 2008 Part 2



Eric Chatelier Seminar in Italy 2006

PARTAGER / SHARE
  • Facebook